Un deuxième extrait pour Valaire!

Valaire présente APATA PALACE
une deuxième pièce tirée de leur nouvel album Oobopopop

spotify-connect
logo-itunes-real

VALAIRE dévoile une deuxième pièce de leur nouvel album Oobopopop qui verra le jour le 16 septembre prochain. Le groupe a dévoilé il y a quelques semaines, Whisky Dew, qui a grimpé à la deuxième place du palmarès Canada Viral 50 de Spotify dès le lendemain de sa sortie et s’est maintenue dans le top 10 pendant pendant 10 jours.

APATA PALACE, pièce à saveur afro-caribéenne, a été lancée en primeur exclusive mercredi sur le cool blog américain The Fader.

«Sur APATA PALACE, […]  VALAIRE rend hommage à l’énergie vigoureuse de l’afrobeat –avec une touche de cuivres inspirée de l’ivresse bachique des fanfares de la Nouvelle-Orléans. [Pierre Kwenders et Kahli Abdu] façonnent de nouvelles rythmiques sur lesquelles ils posent habilement leurs voix tout en alliant les percussions bourdonnantes de cette production» —The Fader

«Montréal et son hiver ne sont pas particulièrement propices à l’écriture de chansons ensoleillées. Voilà pourquoi en plein février 2015,  on décidé d’échapper à la grisaille montréalaise au profit de la Nouvelle-Orléans» explique Luis Clavis. Le groupe a donc emballé tous ses instruments et machines à sons dans leur camion et pris la route jusqu’en Louisiane juste à temps pour Mardi Gras. C’est dans les bayous qu’APATA PALACE est née. La pièce est essentiellement un appel rythmé à l’été. La chanson combine brillamment la touche électro-festive de VALAIRE et le swag africain de Pierre Kwenders et de Kahli Abdu. Ce dernier a d’ailleurs contribué à nommer la chanson: «Apata est le nom de la rue où Kahli a grandi, et [la chanson] lui rappelait de vieilles publicités télévisées de l’école qu’il avait l’habitude de regarder gamin à Jos, au Nigeria».

VALAIRE se produira lors de la fabuleuse soirée de clôture de C2 Montréal en compagnie d’Alan Prater (l’homme le plus FUNK de Montréal), Kahli Abdu(NY) et Pierre Kwenders. Le groupe aura également l’honneur d’être accompagné d’un invité très spécial, la légende montréalaise du jazz Oliver Jones.